• Accueil
  • > Afrocentriste, un mot piège construit par le maraboutage linguistique

Afrocentriste, un mot piège construit par le maraboutage linguistique

Les Nègres croyant maîtriser la langue du Maître viennent de tomber les pieds joints dans le piège tendu par l’africaniste François-Xavier Fauvelle-Aymar, promoteur du mot « afrocentriste« . Fauvelle-Aymar et sa clique viennent de réussir un tour de maître en subjuguant la négraille avec ce mot, grâce à leur maraboutage linguistique. En quête d’une nouvelle dynamique haineuse du style Hutu-Tutsi, la négraille en amour platonique avec la langue du Maître fini par conscientiser ce mot, qui n’est qu’un appât, afin de ressusciter la conscience tribale étouffée par la conscientisation au point de cracher sur ceux qui leur ont transmis la fougue de l’affirmation de soi tel que Cheikh Anta Diop et ses suivants. Et voilà le piège qui se referme, africaniste 1 et la négraille 0. La négraille ne réalisant pas que « afrocentriste » rime avec « afrocentrisme« , qui est un concept pondu de toute pièce par les africanistes.

Le professeur Théophile Obenga avait déjà répondu à la clique de François-Xavier Fauvelle-Aymar concernant l’usage du mot « afrocentriste » et sa supercherie.

« Fauvelle-Aymar doit avoir le sens exact des mots: « africaniste » est d’usage inapproprié appliqué à un chercheur d’origine africaine. Sinon, on aboutit à des monstruosités lexicalesafrocentriste du genre: « Cheikh Anta Diop, philosophe de l’histoire et africaniste », c’est-à-dire « -africaniste », puisque Cheikh Anta Diop est « afrocentriste« . Il y aurait donc des « africanistes afrocentristes » et des « africanistes eurocentristes » (Fauvelle-Aymar et les siens). Un professeur d’anglais et de civilisation anglaise à l’Université de Londres, d’origine anglaise, n’est pas un « angliciste », mais « chercheur anglais ». Fauvelle-Aymar est un esprit confus, à merveille. Il n’y a pas de « germaniste » parmi les savants allemands en Allemagne: il y a des historiens, des linguistes, des anthropologues, des sociologues, des philosophes allemands, et non « germanistes ». […] Assez de myopies africanistes .[…] Il est à se demander si Fauvelle-Aymar comprend bien lui-même sa littérature. »

« Le sens de la lutte contre l’africanisme eurocentriste« , page 14
de Théophile Obenga

« Le sens de la lutte contre l’africanisme eurocentriste » est une réponse du professeur Obenga à l’ouvrage « Afrocentrismes. L’histoire des Africains entre Egypte et Amérique » édité sous la direction de François-Xavier Fauvelle-Aymar, Jean Pierre Chrétien et Claude-Hélèine Perrot.

Autres exemples de maraboutage linguistique en vu de subjuguer la négraille:
-Article du Monde Diplomatique
http://www.monde-diplomatique.fr/2000/07/PRUNIER/14030
-Article de Wikipedia sur l’Afrocentrisme
http://fr.wikipedia.org/wiki/Afrocentrisme
-Article de RFI autour de l’Afrocentrisme
http://www.rfi.fr/Fichiers/MFI/CultureSociete/192.asp

Précédemment, la négraille affectionnant la langue de son Maître tomba encore une fois dans le piège linguistique de la « discrimination positive« . La « discrimination positive » étant une piètre traduction du concept américain de l’ »Affirmative Action« . Comme pour le mot « afrocentriste », le maraboutage linguistique avait de nouveau subjugué la négraille avec la « discrimination positive ». En mettant les mots « discrimination » et « positive » ensemble, on venait de bloquer consciemment le débat de l’accès au marché de l’emploi des « minorités » dites « visibles« . Maraboutage linguistique 1 et la négraille 0.

Force est de constater tant et aussi longtemps que les Nègres se cramponneront sur les langues des autres, ils seront subjugués à l’infini quelque soit leurs doctorats en littérature française. On voit bien que les vrais propriétaires de ces langues demeurent et demeureront éternellement les Maîtres de Cérémonies de ces langues quelque soit notre autoflagellation dans la Francophonie ou le Commonwealth.



2 commentaires pour « Afrocentriste, un mot piège construit par le maraboutage linguistique »

  1.  
    Baraton edouard
    19 septembre, 2008 | 14:08
     

    Je veut seulement apporté un crittique sémantique, les maraboues furent l’une des formes de l’aclimatation de l’islam en terre d’afrique, je ne voit pas en quoi vous l’associez ici à une tromperi…

    Moi je ne dévoi pas les concepts africains pas plus que ceux originaires d’europes ou dailleurs

    Répondre

  2.  
    Lila
    3 janvier, 2009 | 6:15
     

    L’Afrocentricité de l’Afrocentriste. C’est tout. Voilà le mot exacte

    Répondre

Répondre à Lila Annuler la réponse.