ARGUMENTS LINGUISTIQUES

 

 « La langue est la boîte noire de toute civilisation »
Alain ANSELIN

Dans le dossier de cheikh anta Diop sur la parenté culturelle entre l’egypte et les autres peuples de l’afrique,les arguments les plus scientifiques sont les arguments linguistiques et iconographiques . Ils sont tellement dense qu’ils ne peuvent pas être le reflet de simples emprunts.

ARGUMENTS LINGUISTIQUES dans Histoire cad_parente_genet_couv

CE QU’IL FAUT RETENIR DES TRAVAUX LINGUISTIQUES DE CHEIKH ANTA DIOP suite

Concernant la parenté dermique ( couleur de la peau ) l’argument le plus scientifique est l’iconographie notamment le fameux tableau representant les 4 nations les plus puissantes trouvées dans le tombeau d’un des ramses et qui forme l’image de couverture de nations nègres et cultures

tombeauramses3egypt.gif

tombeauramses3egyptlepsius.gif

 

Représentation des peuples dans le tombeau de RAMSES III. Les graphies hiéroglyphiques désignant les différents peuples ont été reproduites par

l’égyptologue allemand Lepsius (sur la reproduction du dessous). Les graphies indiquent que l’égyptien est le premier personnage (à partir de la gauche),

le second est un européen, le troisième un nubien et le quatrième un sémite.

Concernant les Kongo et les wolofs selon Jose Do-nascimento : » les kongo et les wolofs ont jadis formé un seul et même peuple. Il y a des choses qui ne peuvent pas être de simples coincidences .

Chez les wolofs et les Kongo on trouve les mêmes noms : ngoma, massamba, kumba etc…

Pour dire il fait chaud en wolof et en munukutuba on emploi le mot tangu qui veut dire le soleil. donc il semble que wolofs et Kongo aient vécu sous le même soleil c’est à dire dans le même espace territorial.

280px-Bantu_Phillipson dans Histoire

 

Certains indices semblent confirmer cela. En effet si wolofs et kongo ont vécu sous le même soleil cela veut dire qu’ils ont aussi dormi ensemle.

Eh bien pour dire le lit les wolofs disent lala qui en munukutuba (langue kongo) signifie dormir mais vulgairement signifie aussi forniquer. et pour les wolofs pour dire forniquer ils disent makat qui en munukutuba (makata) signifie le sexe masculin. Dans la langue des ancien kemite vagin se dit kat,Comme si le wolof avait fait le lien entre l’egyptien et le kikongo

Ces anecdotes sont suffisament étonnant pour justifier que l’on veuille pousser les recherches à un stade scienfique. C’est tout l’intérêt des travaux de Cheikh Anta Diop. »

fleche082.gif



22 commentaires pour « ARGUMENTS LINGUISTIQUES »

1 2
  1.  
    Baraton edouard
    29 août, 2008 | 2:53
     

    Si je puis me permettre, l’argument de la couleur de peau basé sur une seul iconographie est très falacieu. A des époques ou l’ondispose de textes « ethnographiques » explicites, autrement-dit à partir d’hérodote, il semble bien que la différence soi nette entre population nubienne négro-africaines et populations « blanches d’égypte ». De fait, des nubiens ont certainement été « naturalié » égyptient ce qui peut for bien expliqué votre argument et ce principelment à une époque qui marque le début du déclin du nouvel empire et donc les pénétrations étrangères venues de grèce, de nubie, de lybie ou de syrie. L’argument linguistique est lui aussi quelque peut falacieu. Les francophones comme les bulgares appeltn un yaourt yaourt mais les bulgares n’ont occune origine commune (avant les limbes préhistoriques) avec les français. Il en faut beaucoup plus pour affirmé que des langues sont affiliés. Et puis tout ceci n’a pas la moindre importance politique. Les entités politiques peuvent très bien naitre d’agrégats divers du moment qu’il y est volonté de construire un avenir commun et suffisament de tolérance pour passé à coté de différences secondaires. Lorsqu’on est incapable de cette tolérance fondamentale ont invente des parentés fantasmés et des puretés originelles qui ne sont que des lubies

    Répondre

  2.  
    Baraton edouard
    19 octobre, 2008 | 21:33
     

    http://www.egyptos.net/img/pharaon/buste_nefertiti.jpg

    Je la trouve bien palichone, pas vous?

    Vous croyez qu’elle était malade ou que les « leucodermes » l’on peintent en blanc?

    Répondre

  3.  
    baraton edouard
    14 novembre, 2008 | 8:56
     

    Ce n’est pas là une question rhétorique, je veut savoir quel entourloupettevous allez m’inventé pour me faire croire que c’est une noire (je vous conseil de changer de lunettes!) ou alors que c’est une importé, ce qui est démentit par son port de cou qui est tout égyptien (regarde les repésentations royales sur bas reliefs d’akhénaton ou de Toutankamon). La morphologie au delà même de la couleures semble bien démentir une appartenance à une population noire…

    Cela ne remet en cause ni l’afrique ni l’egypte mais ne va pas dans le sens de leur supposé apparentement…

    Je vous est demandé ailleurs ou avez vous touvé un Karnak au sénégl ou en Tanzanie mais vous ne semblez ps pressé de répondre…

    Pour information les grecs installé en bactrianne (nord de l’afghanistan) au IVème siècle avant JC on construit des villes et des temples à la grecque attesté par larchéologie ainsi que de nombreuses monaies et inscriptions (par exemle on a retrouvé sur une stèle d’afrghanistan le « connais toit toi même », devise de l’oracle de Delphes).

    Si les égyptiens on bien aissémé en afrique entre le VIème avant JC (invasion perse) et une date ultérieure, c’est dailleurs douteux car l’égypte n’est jamais aussi peuple qu’à cette époque et n’atteindra plus de tels chiffres avant le XIXème siècle, pourquoi des batisseurs tel les égyptiens n’ont pas laissé de trace?

    Si vous me parlé des quelques pyramides soudanaises ce n’est guère recevable, elles sont la marque d’une influence de l’Egypte trop près de celle-ci. Ce serait un peu comme si du fait qu’il y a à Londres la copie d’n mouement français vous m’affirmiez que les anglais étaient des français.

    Répondre

  4.  
    14 novembre, 2008 | 19:42
     

    BARATON JE NE VAIS PLUS TE REPONDRE PARCONTRE JE T INVITE A LIRE QUELQUES UNES DE MES SOURCES . J’AI DIS LIRE ET SI TU VEUX TU PEUX COMMENTER EGALEMENT.
    SPECIALEMENT POUR TOI
    L’egypte nègre et les étrangers
    http://www.africamaat.com/L-egypte-negre-et-les-etrangers?artsuite=1
    https://www.africamaat.com/Les-origines-soudanaises-des
    SOUDAN Aux Origines de la Civilisation Pharaonique
    http://www.africamaat.com/SOUDAN-Aux-Origines-de-la
    Les Origines pharaoniques du mot « Soudan »
    http://www.africamaat.com/Les-Origines-pharaoniques-du-mot

    Tu en sauras plus sur Nermer
    http://www.africamaat.com/article.php3?id_article=74
    La période grecque en Égypte : Crimes et intrigues
    http://www.africamaat.com/La-periode-grecque-en-Egypte?artsuite=1

    Répondre

  5.  
    baraton edouard
    14 novembre, 2008 | 20:59
     

    La partie sur l’histire grecque est un tissus de nulité!!!!!!

    voici ma réponse qui est un peu plus solide que ces abhérations!

    quel tissus de mensonge que voila!
    Un peu d’ordre dns tout cela.
    Les grecs sont présent aciennement dans la vallé du nil puisque le comptoir ultérieurement devenu citée de Naucratis est fondé au VIIème sicèle avant JC. Les pharaons égyptiens vont faire contre les perses un large usage des mercenaires grecque usu=itant de la phalange pour tenter de maintenir leur indépendance. C’est dailleurs pour payé ces mercenares grecs que l’égpte frappe ses premières pièces de monnaie (marqué d’un hiéroglyphe). Les grecs sont souvent désigné comme les « hommes de Bronze » du fait de leur statut militaire.
    La défaite des égyptien face aux perses ne met dailleurs pas fin à la présence grecque qui se maintient pour des raisons économiques.
    En 331 av jc alexandre le grand qui est alors en train d’abattre l’empire perse arrive en égypte. Il est bien acceuillis par la population égyptienne qui l’acceuille en libérateur, de fait elle avait très mal supporté la domination perse. Alexandre passe à Menphis puis fonde une capitale grecque à Alexandrie. Au passage, cette localité reste longtemps la « citadelle du roi alexandre » et ne devient une réelle cité que sous ptolémée I. Alexandre va ensuite à l’oracle de Siwas dans le désert occidental ou il rencontre (en fait pour la seconde fois) des membres du haut clergé égyptien.
    L’on ne sait pas très bien si Alexandre fit l’objet d’une cérémonie d’intronisation pharonique dans les formes mais de fait il est maqué comme pharaon de la manière la plus traditionelle du monde sur les temples. Une information vient confirmé cette thèse à savoir qu’il n’institue pas de satrapie d’Egypte mais en confie l’administration civile à un grec, Cléomène de Naucratis et la défense à une garnisons à menphis et une autre petite à Péluse. Au passage, la faiblesse du dispositf macédonien et l’absence de révolte met bien en lumière le bon acceuil des grecs.
    Il semble toutefois que cléomène se soit, avec ou sans l’autorisation d’alexandre pari au loin, donné le titre de Satrape. En -323 Alexandre meurt à Bbylone. L’égypte doit alors etre diriger (au nom du fils d’alexandre, alexandre IV et de son demis frère philippe) par Ptolémé un compagnon d’alexandre et cléomène.
    Il semble alors que cléomène pour évincé ptolémé s’appuy sur Perdicas, régent de l’empire. Ptolémé l’élimine. Il arrive dailleurs aussi à récupéré le corp d’alexandre que perdicas voulai ramené en macédoine et le met à Menphis.
    Puis perdicas envahis l’éypte en représaille et est assassiné par ses officiers dont le futur roi séleucos qui offrent le poste de régent de l’empire à prolémé qui le décline.
    Remarquons qu’il semble que ptlémé est engagé dans ses troupes des égyptiens, des grecs et des macédoniens.
    Ptolémé se détache de plus en plus de l’empire comm c’est visible dans ses monaies mais en même temps encourage le culte d’alexandre omme héros de l’empire et fondateur d’alexandrie. C’est alors qu’il trasfrt le corps du conquérant dans la nouvelle ville grecque.
    Ptolémé tente d’entouré l’égypte de possessions pour la garantir contre de nouvelles invasions du type de celle de perdicas. Il occupe la Cyrénaïque, chypre qu’il perd en -306 avant de la retrouvé en -286 (si je ne m’abuse)et e 301 il met la main sur la syrie méridionale.
    Peu à peu, la monaie du lagide se détache des poids de la monnaie imériale de talon attique. Ptolémé assume la monarchie traditionele égyptienne et en 304 av JC il prend le titre grc de Basileus « roi » affirmant ainsi sn indépendance.
    La stratégie ouverte par Ptolémée prmier est continué par son fils ptolémé deux philadelphe. Celui-ci par un habile jeux sur les taux de chane monétaire enrichi l’égypte ou il met en place un système de monopole efficace. Il introduit pau à peu de nouvelles productions comme par exemple l’élevage de moutons. Il fait aménagé le lac de Fayoum et en fait le nome le plus riche d’Egypte qui prend le nom de nome arsinoïte.
    Des grecs sont attiré en égypte par le roi. Ils vont fomé environ 10% de la population. Ils sont installé dans trois endroit. En premier lieu à Alexandrie. Puis dans le Fayoum qui n’était que très peu peuplé avant son aménagement se qui permet de les installé sans exproprié les égyptiens et enfins ils s’installent dans le sud das la petite citée de Ptolémaïs.
    Les ptolémés maintiennent la trdition égyptienne. Le droit égyptien continue à fonctionner pour les égyptiens. Par contre les grecs quivent le droit des cités (alexandrie, naucratis, ptolémais) dans lesquelles ils vivent.
    Les grecs sont majoritairemnt des soldats et ils reçoivent deviennent souvent des colons militaires (clérouches) mais n’ayant que peu de formation agricole ils péfèrent souvent loué leurs terres à des égyptiens qui grace à cela ont une production additionelle à celle des terres qu’ils possèdent traditionellement.
    Les seuls accrochages de la périodes ont lieu à propos du Stamos, autrement dit du logement des soldats. En effet, lessoldats installé en province doivent etre loger par les villageois faute de casernes. Mais les villageois portent allègrement plainte contre les abus etl’administration royale rappel à l’ordre ss agents. Dailleurs, le problème disparait au fur et àmesur que les grecs acquièret des maisons.
    La population égyptienne croit assez rapidement.
    On observe aussi l’intégration d’égyptien dans le monde grec et à l’inverse la pénétration culturelle égyptienne chez les grecs. Les grecs s’interressent aux cultes égyptiens et l’on a des exmples de macédoniens qui deviennent serviteur de Ptaht à Menphis. A l’inverse, le service dans certains corps de l’armée lagide faut naturalisation grecque ou macédonienne. Ainsi, servir dns l’épigone ou l’agema donne à l’individu le droit de se dire macédonien. L’on trouve ainsi dans les archives papyroloique de nombreux exmple d’égyptiens qui deviennent grecs.
    Le culte des souverains prend deux formes paralèles. D’un coté is sont salé comme des héros ou de nouvelles divinités par les grecs de l’autres ils ont droit au culte pharaonique traditionel en égypte.
    La crise du régime commence vers 220 av jc. L’égypte souffre certainement d’une crise économique d entre autre à des problèmes de gestion dont ont peine à saisir l’origine. Puis en 200 l’égypte perd ses possessions extérieures (moins la cyrnaique et chypre). La monarchie va manqué de métal précieux et setrouve dans de réelle difficultés qui l’incite à augmenté les impots. une révolte s’en suit à Thèbes ou un indigène se proclame pharon (debut du second siècle av jc) mais le clergé menphite ne le soutien pas et l’armée lagide l’emporte. C’est aussi à cette période que l’égypte moins riche fait moins appel à des grecs trop cher mais plus à des égyptiens pour sa défense, se sont les machimoi des textes.
    L’égypte est envahis par les séleucides de -171 à -168 mais est sauvé par une initiative diplomatique romaine. C’est alors que polémé VI montre que la monarchie est encore puissante. Il envahis la Syrie dont il nomme et dépose les rois puis il rfuse de cédé au chantage des romains. Mais ce grand souerain meurt sur le champs de bataille.
    Son frère Ptolémé VIII qui ne manque pas d’inelligence mais de grandeur rentre dns une guerre personnele contre sa soeur épouse cléopatre II. Ptolémé VIII fait appel aux gyptiens contre céopatre II qui e baricade dans alexandrie. La courageuse reine tient un temps puis doir fuire à Chypre. La crise affaiblit lamonarchie mais la paix revient.
    A la mort de Ptolémé VIII ses trois fils se partagent l’empire. Un en Egypte, un à Cyrène, un à Chypre. Le premier et le derniers rentre en guerre.
    Finalement chypre et l’égypte son réunifié mis le souverainde cyrène de peur d’etre tué par sa famille met dans son testament qu’en cas de mort prématur il donne sont roayme par tesament à Rome. Malheureusement c’est se qu’il advint.
    A l’époque de la guerre de mithridate, un prince lagide tombe un peu par accident entre les mains du souverains pontique paralysan la diplomatie lagide qui va de malchace en malchace.
    Puis sous la pression Ptolémé XII cèdechypre à Rome. Il est alors chassé par les alexandrin qui refusent que l’on sacrifie la grandeur du royaume. Ptolémée XII parvient à reconquérir sont trone grace à l’aide du gouverneur romain de Syrie Gabinius.
    A la mort de Ptolémée, ses enfants se disputent le trone au momet même ou à Rome la guerre civile fait rage entre césar et Pompé. L’une des filles de ptolémée XII, cléopatre VII arrive à tiré sont épingle du jeux, est mise sur le trone par césar et a un enfant de lui. Elle peut etre belle ou non (avez vous vu le buste de Cherhcell? pourquoi serait’il moins réaliste que les pièces de monnaie? je vous rappel que la statuaire hellénistique se caractérise par son réalisme) mais en tout cas elle es cultivé, de langue maternelle grecque elle parle l’arménien, l’égyptien, le latin…
    Elle profite des guerres civiles entre romain pour rétablir un orient hellénistique en marche vers l’indépendance. Malheuresement, le défaite d’actium de -31 fixe uson detin. Elle se done a mort accompégné d’une servante grecque et d’une nubienne illustrant ainsi le double caractère de sa dynastie. Dailleurs, elle a de déscendants dnt ot peu suivre une branche. Zénobie au IIIème siècle revendiqu cette ascendance.

    Les romains en arrivant reprennent le model lagide: un droit égyptien et un droit grec. L’égypte a alors 8 millions d’habitants et est au sommet de sa prospérité.*

    Alors les lagide des démons?

    Biblio:histoire politique du monde hellénistique d’édouard will; Le monde hellénistique Claire Préaux; Les séleucides et les ptolémées, héritages monétaires et fianciers d’alexandre le grand G Le Rider F de Callataÿ; Le monde grec et l’orient E will; Les grecs C Vial; le monde hellénistique P Cabanes; l’impérialisem macédonien et l’hellénisation de l’orient P Jouguet; Recherche sur les armées hellénistiques M Launey; Rome et l’intégration dans l’empire Claude Lepelley; L’orient hellénistique collection clef concou; Vie des hommes illustre de Plutarque; Histoire de Polybe; Alexandre le Grand d’arthur Weyguel; Alexandrie au IIIème siècle avant JC édition autrement; l’économie des cités grecquesléopold migeotte; Cléopatre de J Benois-Méchin; Cléopatre de J Smitdt

    Baraton edouard

    Répondre

  6.  
    14 novembre, 2008 | 21:14
     

    j’espère que tu en as fais une copie aussi pour africamaat.
    car c’est là bas que tu dois faire part de ton commentaire.
    Si j’ai bien compris pour le reste ns sommes d’accord?
    Tu ne parles que du liens sur les Grecs.
    A ce propos ns ne nions pas la présence grecs. Simplement elle est tardive et issue d’une invasion comparé à ce qu’à représenté la civilisation kemite antique.
    tout ce qui sont cités ci-bas était absent de la conférence du caire quand en 1970, l’UNESCO sollicite officiellement Anta diop pour qu’il soit membre d’un comité international pour la redaction du fameux “Histoire Générale de l’Afrique”. Dans un esprit d’objectivité, Diop exige une conference préliminaire réunissant les egyptologues du monde entier pour discuter du thème de l’origine des Egyptiens anciens. Ce sera l’objet de la conference du Caire organisée en 1974, “La population de l’Egypte Antique et le dechiffrement de l’écriture meroïtique.” Avec le linguiste et historien Congolais Théophile Obenga, Diop triomphe et impose ses idées, qui depuis lors représentent la position officielle de l’UNESCO. » alors ils ne valent rien où s’ils étaient présent ils ont eu raison de ce taire.
    http://64.233.183.104/search?q=cache:R2Mb50Gg2zMJ:www.cesaire.org/CAD/CAD.htm+conference+du+caire+avec+anta+diop&hl=fr&ct=clnk&cd=1&gl=fr

    Biblio:histoire politique du monde hellénistique d’édouard will; Le monde hellénistique Claire Préaux; Les séleucides et les ptolémées, héritages monétaires et fianciers d’alexandre le grand G Le Rider F de Callataÿ; Le monde grec et l’orient E will; Les grecs C Vial; le monde hellénistique P Cabanes; l’impérialisem macédonien et l’hellénisation de l’orient P Jouguet; Recherche sur les armées hellénistiques M Launey; Rome et l’intégration dans l’empire Claude Lepelley; L’orient hellénistique collection clef concou; Vie des hommes illustre de Plutarque; Histoire de Polybe; Alexandre le Grand d’arthur Weyguel; Alexandrie au IIIème siècle avant JC édition autrement; l’économie des cités grecquesléopold migeotte; Cléopatre de J Benois-Méchin; Cléopatre de J Smitdt

    Répondre

  7.  
    baraton edouard
    14 novembre, 2008 | 22:19
     

    Ne t’emballepas fulele, je n’est pas eut le temps de m’occupé des autres liens mais je le ferait

    Je voulais simplement souligné à quel point l’article d’africamate sur la période hellénistique n’est pas de la science mais un simple texte polémiste.

    Le bute est de salir les grecs (et les européens) en faisant passé les lagides pour des dégénérés qui auraeint vécue comme des parasites et qui n’aurait rien approté à l’egypte, se serait simplement des charognards.

    Ils font passé pour un système intolérant se quifut un ssytème de cohéexistance de populations différentes et qui durat jusqu’à la conquète arabe!

    le système gréco-égyptien des lagide a permis la prspérité de l’égypte (grecque, romain et byzantine) de -323 à 642! c’est intolérable qu’ils soient caricaturé à ce point.

    Ce qui est claire c’est que l’article n’est pas sérieux. Cela attaque ffanchement la légitimité de leurs propos s’ils sont près à ue telle falsification caricaturale!

    si tu a lu leur article tu ne peut pas ne pas y voir du simplisme fulele.

    J’ai mis mon commentaire sur leur site (il n’est pas encore édité).

    Jespère que tu reconnais au moins ma crédibilité sur cette période (nous en avons déja parlé pour hannibal).

    Répondre

  8.  
    14 novembre, 2008 | 23:25
     

    où étaient donc tes références lors de la conference du Caire organisée en 1974.
    Contesterais-tu ce qu’à validé L’UNESCO?

    Biblio:histoire politique du monde hellénistique d’édouard will; Le monde hellénistique Claire Préaux; Les séleucides et les ptolémées, héritages monétaires et fianciers d’alexandre le grand G Le Rider F de Callataÿ; Le monde grec et l’orient E will; Les grecs C Vial; le monde hellénistique P Cabanes; l’impérialisem macédonien et l’hellénisation de l’orient P Jouguet; Recherche sur les armées hellénistiques M Launey; Rome et l’intégration dans l’empire Claude Lepelley; L’orient hellénistique collection clef concou; Vie des hommes illustre de Plutarque; Histoire de Polybe; Alexandre le Grand d’arthur Weyguel; Alexandrie au IIIème siècle avant JC édition autrement; l’économie des cités grecquesléopold migeotte; Cléopatre de J Benois-Méchin; Cléopatre de J Smitdt

    Répondre

  9.  
    baraton edouard
    15 novembre, 2008 | 1:27
     

    c’estamusant comme vous vous fiez aux organisations internationales quand cela vous arange…

    pk me renvoi tu la bibliographie que j’ai écrite?

    Comme je te l’ai dit je me pencherai sur les problèmes égyptologiques (hors période grecque et romaine) ultérieurement. Mais la mauvaise foi manifeste de vos partisans sur ce sujet ne m’invite guère à les croires en se qui conserne leur spécialité…

    Répondre

  10.  
    max
    15 novembre, 2008 | 12:22
     

    Qu’est ce que tu ne comprends pas tous ces auteurs s’ils étaient égyptologue où étaient ils?
    S’ils ne sont pas égyptologue alors c’est même pas la peine de les citer si ce ne sont que des romanciers qui se font passer pour des historiens.

    Répondre

  11.  
    baraton edouard
    15 novembre, 2008 | 15:20
     

    Ce sont des spécialistes du monde hellénistique qui viennent donné un portrait infiniemnt plus complexe et, il faut le dire moins stupide, de l’égypte ptolémaïque que celui qui est donné dans le liens que l’on m’a invité à llé voir sur ce sujet.

    Répondre

  12.  
    baraton edouard
    15 novembre, 2008 | 15:23
     

    Dailleurs, si le auteurs de ce site (afrcamaat) sont honnètes, pk n’ont’il pas édité mon commentaire (que j’ai envoyer deux fois) depuis hier alors qu’ils ont édité un commentaire de félicitation?

    Répondre

  13.  
    15 novembre, 2008 | 16:13
     

    Non baraton tu as pensé la même chose du site de MBOA. Et tu l’as bien eu ton commentaire.
    Ts les modérateurs de site ne valide pas les commentaires dans les mêmes délais. Et je peux t’assurer que ton commentaire apparaitra.

    Répondre

  14.  
    15 novembre, 2008 | 20:54
     

    Baraton je te propose une chose:
    Cherche dans tes connaissance un historien, un égyptologue, ou à défaut un prof que tu estimes aussi compétent que ceux que j’ai cité ci-haut et moi de mon côté je ferais autant et nous organiserons un débat contradictoire sur ces thèmes que nous filmeront afin que les gens qui nous lisent en profite aussi .
    Qu’ en pensestu?

    Répondre

  15.  
    baraton edouard
    15 novembre, 2008 | 21:15
     

    Cela aurait de l’interret, mais il faudrat bien circonscrire le débat (origine du peuplement de l’égypte antique, réalité de l’égypte grecque, les héritiers de la civilisation égyptienne).
    Nous pourrons en parlé demain à Poitier

    Répondre

  16.  
    15 novembre, 2008 | 21:16
     

    OK !

    Répondre

  17.  
    apache
    24 novembre, 2008 | 2:31
     

    salut,

    alors ! ce débat aura t-il lieu ?

    Répondre

  18.  
    24 novembre, 2008 | 9:31
     

    A propos Baraton as tu trouver un érudit ?
    En effet ns avions oublié d’en discuter lors de la conférence tenue à Poitiers.

    Répondre

  19.  
    baraton edouard
    24 novembre, 2008 | 13:40
     

    Je vais m’attaché à vous trouvé un universitaire ou deux à Tours qui seront interressé par cela. Je pense même que pour un lieu de débat, la faculté acceptera de préter un local.

    Je pense que cela devrait etre menable d’ici le printemps.

    Fulele, peut tu m’envoyer ton adresse mail dans ma boite afin que nous puissions parlé de tout cela en privé.

    Répondre

  20.  
    Mutengela Wa Mutengela
    6 avril, 2010 | 3:21
     

    A propos de noms que l’on trouve à la fois au Sénégal et au RD Kongo nous pouvons ajouter le nom NDIAYE (Sénégal) qui est légèrement transformé au Kongo en NDAYE ou NDAYA. Je pense qu’il serait édifiant que nous apprenons nos langues pour mieux comprendre leur origine commune.

    Répondre

1 2

Laisser un commentaire