• Accueil
  • > RACINES DU PEUPLE SWAHILI

RACINES DU PEUPLE SWAHILI

http://www.dailymotion.com/video/38HsHsA64Cq4d3oxn

MAYOTTE

http://www.dailymotion.com/video/7f4nm6MPJyprx65Bd

http://www.dailymotion.com/video/x2eho8

 

http://www.dailymotion.com/video/4dCCT3PEONS2g3yFI

par NARIZIROGOWE

pour ceux qui n’ont pas eu la chance de voir la souffrance des anjouanais le cd est disponible contactez chams7227 ou chmacca@yahoo.fr

http://www.dailymotion.com/video/M4RdIZXq9x1h63vNM

luttons contre la discrimination l’association contre la corruption à anjouan fait appele contre ce fléau qui pollut la vie de tous les anjouanais. l’integralité du cd est disponible au prix de 5 euros frais d’envoie inclu.

un peu de musique

http://www.dailymotion.com/video/7rbsJciJKVJZq7GNJ

Babadi – Hailolo Maore/ Chigoma

http://www.dailymotion.com/video/4RHA07tdEuYUSiO6tLe personnage:
Mohamed Ahmed, dit Babadi, a 34 ans et réside à Mayotte. Ce sont ses frères musiciens qui ont initié Babadi à la musique. Il a démarré à 18 ans. Babadi fait avant tout du reggae. En 1990, Babadi part poursuivre ses études en Métropole, à Grenoble. Dans le bain de l’association mahoraise de Grenoble et des journées culturelles, il se rend compte que son île n’est pas connue. Babadi décide d’en parler par le biais de sa musique. Il poursuit ses études d’architecture et simultanément il arpente l’Ecole de musique. Il rencontre Georges Mlanao qui va lui apprendre la guitare et ainsi lui permettre de commencer à composer ses premiers tubes. Mais après avoir tenu la place de choriste au coté de son frère, pour l’album de ce dernier, Babadi sort le sien, « Chigoma ya léo », en 1997, avec le soutien de son frère et de Franck Chionna. Le refrain du tube « Wanazoni », issu de cet album, a été repris dans différents conflits sociaux, par exemple lors de la grève des lycéens de Mayotte en 1998 devant le Conseil Général à Mamoudzou et à travers les rues de la capitale. Babadi enchaîne les albums, confirme sa présence avec « Rahachiri » en 1998 qu’il traduit lui-même par « On est conscient et éveillé ».

Vidéo 1: Lathéral: “Uhaynifou”, Badadi :“Comore Unit”, Baco : « Bwana »Concert Live In Mayotte (Vidéo 1 à 4) – Artistes : Joe Fils, Baco, Ali Mohamed, Mtoro Chamou, Lima Wild, Mikidache, Patrick, Lathéral, Babadi, Cadence Mahoraise, Horizon.http://www.dailymotion.com/video/2JoxZ8ym6cOOFiQzn

http://www.dailymotion.com/video/15OTa5XHrd8E5200M

Image de prévisualisation YouTube

 

 

 

fleche08240.gif 

 



3 commentaires pour « RACINES DU PEUPLE SWAHILI »

  1.  
    BUHENDWA ELUGA
    12 décembre, 2006 | 14:58
     

    Pour avoir une langue parlée du centre du Congo jusques dans les îles de l’Océan Indien, à cheval sur l’Equateur, le Swahili constitue-t-il un Peuple? Ne convient-il pas de parler des Peuples swahili?
    Au-délà de cette question d’ordre sémantique, j’attire ton attention sur la nécessité de penser à la Création d’une « Communauté des Etats Swahili » afin d’exorciser la Recolonisation qui se profile derrière la Mondialisation.
    Du fait que nos langues ethno-tribales disparaissent sous l’effet conjugué du marteau des Langues coloniales (Français, Anglais, ) et des Langues Nationales autoproclamées (Kikongo, swahili, yoruba, wolof, amharique, lingala…), il convient de penser à la scolarisation et alphabétisation en langues africaines exclusivement. Qu’en penses-tu?

    Répondre

  2.  
    12 décembre, 2006 | 18:23
     

    Buhendwa
    Le mot Swahili viendrait du mot Arabe sahel signifiant « rivage ». tu me corrigeras si je me trompe d’autant plus que l’étude linguistique de cette langue, ainsi que de nouvelles découvertes archéologiques suggérent que la culture Swahili trouve son origine au début de l’ère chrétienne
    bien que le même mot soit utilisé également pour désigner les rivages du Sahara elle est la plus importante langue Bantoue.
    Sa diffusion rapide s’expliquerait par le fait que c’était la langue du commerce et de l’économie, donc une langue utile et véhicule de la modernité.
    n’étant pas specialiste je vais t’apporter une reponse subjective. je pense qu’éffectivement il est plus question de peuples swahili parlant des langues d »origine bantou.
    et justement je m’interroge également: parle t-on de langue bantou ou de peuple bantou?
    JE CROIS PERSONNELLEMENT que le terme bantou désigne un peuple ce qui serait logique car bantou signifie les hommes .
    concernant ta seconde : »la nécessité de penser à la Création d’une “Communauté des Etats Swahili” afin d’exorciser la Recolonisation qui se profile derrière la Mondialisation » je crois que c’ est bien plus qu’une nécessité c’set incontournable.
    un seul peuple une seule langue commune.

    Répondre

  3.  
    MSOILI Zaïdoux
    24 décembre, 2006 | 13:17
     

    De Zaïdoux
    Salut,

    Je compte intervernir sur le débat en faveur d’un peuple « swahili », uni par la pratique d’une langue « pseudo commune ». C’est là un idéal politiquement inaccessible, mais surtout utopique, à mon sens, de nos jours. Cela n’enlève pas un grand intérêt au niveau culturel.

    A Mayotte, nous honorons nos origines « bantous » avec un brassage « shirazien ». On pratique un dialecte dérivé du « swahili », le « shimaoré ». Et celà ne nous enlève pas notre nationalité française.
    Mais je n’adhère pas du tout à l’idée d’une réunification des peuples « swahili ». En effet, il s’agit bien des peuples, divers et riches dans leurs coutumes et leurs aspirations. Et l’idée d’une unité va à l’encontre de cette richesse, fruit de l’histoire; c’est un héritage à préserver en l’état.
    A contrarion, on est pas loin de reécrire l’histoire.

    A l’instar de l’union européenne ou des USA, on ne peut songer à unifier des peuples souverains sous la base de la langue. Ce n’est pas un critère fédérateur, loin s’en faut. Il n’y a qu’à voir l’exemple de nos voisins aux Comores. Ces derniers sont passés d’une République islamique à l’Union des Comores. Mais, les peuples comoriens, distingués par leurs langues, aspirations et coutumes, restent vivement desintéressés par cette apporoche.

    Nous sommes aujourd’hui dans un monde global. Et cette réalité a deux principales facettes: économique et politique. Certes, la mondialisation dans son aspect économique, est une forme de recolonisation. Et je pense que c’est la variante culturelle qui va préserver les peuples de leur souverainté, de leur identité intrinsèque.

    Toutes fois, il faut se préserver de toute récupéation politique de cet idéal de paix des mondes.
    Et cet espace de dialogue en contribue.

    Zaïdoux

    Répondre

Répondre à BUHENDWA ELUGA Annuler la réponse.